Univers Fantastique Brive

Forum du club de jeu de rôle, figurines, jeux de cartes, etc... de brive (19)
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mémoires de l'Inspecteur BONTEMPS, acte III (2/2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
roger-le-routier

avatar

Messages : 1536
Date d'inscription : 26/05/2008
Age : 42
Localisation : Noailles (19)

MessageSujet: Mémoires de l'Inspecteur BONTEMPS, acte III (2/2)   Ven 19 Déc 2008 - 12:02

Nous nous frayâmes un chemin à travers une populace rendue hystérique par ces meurtres à répétition et qui, en guise d’exutoire, manifestait ici où là sa haine de la société et des forces de l’ordre… L’infortunée Brenda PALACIO, étudiante en Géologie, était donc la 7ème victime du KNAKER. Retrouvée éventrée et éviscérée dans le coffre de sa voiture sur le parking du KARLMAT de Pasadena, son meurtre n’était pas sans rappeler celui d’une certaine Lisa Gennaro. En tout état de cause, ses entrailles encore fumantes ternissaient encore un peu plus notre blason. Une multitude d’agents dépêchés par la police scientifique ayant envahi les lieux, nous rejoignîmes le poste dans l’attente de l’interview du KNAKER. La tension était palpable au LAPD comme partout ailleurs à LA et l’apparition sur nos écrans de celui qui nous narguait depuis des jours ne fît que l’accroitre un peu plus. Coiffé d’une cagoule de cuir à faire fantasmer plus d’un soumis, notre tueur répondit aux questions de COLTRAN avec un cynisme teinté d’un zeste d’ironie. Nous n’allions toutefois pas tarder à démasquer, justement, la supercherie. Nos collègues diligentés sur place obtenaient en effet rapidement la preuve que cet « évènement » avait été entièrement mis en scène par une CALNEWS en quête d’audience.

A cours d’ingéniosité pour notre 3ème jour pleinement consacré à « l’affaire », le Capitaine SKRIPNIK nous ordonna de patrouiller en uniforme dans tout Los Angeles afin de rassurer la population par notre présence. Venant de recevoir mon mandat, je conduisais mes coéquipiers enjoués à Bel Air direction VARGAS city, en tenue de COPS intégrale. NINO m’accueillit avec une joie non dissimulée, quoi qu’un peu fraîchement il est vrai. Il me signala que nous venions tout juste de louper « Sénior VARGAS » et qu’il n’avait aucune idée de l’heure à laquelle « li patron il allait rivinir ». Qu’à cela ne tienne, notre mandat nous donnant droit à fouiller la maison, je lui annonçais comment nous comptions tuer le temps tous ensemble. Mais NINO avait une autre idée de jeu. Tenant ostensiblement à me surprendre, certainement pour entretenir notre amitié naissante, il manifesta soudain une irrésistible envie de jouer à chat avec moi. Il profita du fait que je l’avais rejoint près de l’escalier pour se retourner brusquement, pistolet automatique en main, et me vider son chargeur dessus. Il fut aussitôt imité par PACO, son collègue caché jusque là derrière une fenêtre, tandis que 4 autre gentlemen s’appliquaient à tenter d’éradiquer les inspecteurs LAGARDERE, HIGHTOWER et WESSON au mieux de leurs capacités. Surpris par l’humeur aussi badine qu’impromptue manifestée par nos hôtes, je restais cois pendant un instant suffisamment conséquent pour encaisser une dizaine de balles tirées à bout portant. Miracle ! Dieu Kevlar soit loué, j’étais seulement partiellement blessé. Ne tenant pas à passer pour quelqu’un de réfractaire à l’humour latino, je dégainais pour participer moi aussi à la fête. Avec toute la générosité qui me caractérise, j’offrais aussitôt un nouvel orifice respiratoire à ce bon vieux NINO. Visiblement embarrassé par ce cadeau auquel il ne s’attendait pas, ne sachant comment gérer cet appendice aussi bruyant que salissant, NINO décida de distiller moelle et plasma sur les 3 marches de l’escalier et de rendre son dernier soupir sans plus attendre. Les inspecteurs HIGHTOWER et WESSON s’occupaient pour leur part de 2 des tireurs tandis que je m’occupais des 3 autres et que l’inspecteur LAGARDERE s’obstinait à se faire tirer dans la tête avec une constance remarquable. Un bref échange culturel plus tard et nos amis Colombiens reconnaissaient notre évidente supériorité à un nouveau jeu : boyaux volent. L’histoire retiendra donc que l’implication de ces artisans de la binette les a poussés à rejoindre au plus vite leur terre nourricière, ce qui avait entre autre avantage pour ces grands professionnels de leur rendre possible l’observation des plantes par la racine. Satisfaits par cette nouvelle dimension donnée à leur emploi, ils ont décidé d’un commun accord de servir d’engrais. Un bien bel exemple d’abnégation transmis aux générations futures.

Les lieux dûment sécurisés et nos blessures pansées, il ne nous restait plus qu’à inspecter la maison. Quelle ne fut pas notre satisfaction d’y trouver l’outillage complet du parfait jardinier : 1 caisse de C4, 1 de fusils, 1 de pistolets, 1 d’armes automatiques, le tout savamment rehaussé de plusieurs kilos de drogues aussi diverses que variées. Belle concurrence faite à Gamme Vert, la légalité en plus. Mais nous n’étions pas au bout de nos surprises. Cerise sur le gâteau, une livraison massive de RED CHASM était en effet prévue pour le lendemain aux aurores au port de LA sur un débarcadère soigneusement notifié en présence de tout ce que la ville comptait comme mafieux. Citron sur le saumon, nous découvrions également un dossier des plus intéressants dans le bureau de VARGAS. C’était une compilation d’articles de journaux relatifs aux meurtres non élucidés de Mesdemoiselles Anne Baker, Jessica Steele, Mathilda Olsen, Amber Smith, Maria-Ann Neeland, Myriam Andersen et Lisa Gennaro. En parallèle figuraient les photos et coordonnées complètes des victimes actuelles du KNAKER, le mode opératoire et le timing à observer pour chacune, divers journaux traitant de l’affaire ainsi qu’un recueil de poésies anglo-saxonnes. Bien évidemment, les extraits qui avaient été laissés à côté de chacun des corps des victimes de notre éventreur préféré ne se contentaient pas d’y figurer mais y étaient carrément cerclés de rouge… La conclusion s’imposait d’elle-même : VARGAS avait planifié de longue date d’inonder notre ville de RED CHASM et avait procédé à des meurtres aussi spectaculaires que médiatiques pour détourner l’attention de la maréchaussée. Impressionnés par ma clairvoyance, mes collègues décidaient sans plus attendre de construire une idole à mon effigie.

Une certaine Nancy CUTTER figurait également sur la dernière page de la morbide compilation dressée par VARGAS. Le meurtre n’avait pas encore été perpétré mais cela semblait imminent, le Colombien ayant dûment observé la jeune femme. Nous avons donc immédiatement cherché à prévenir le LAPD et cette étudiante de la menace qui pesait sur elle et sommes rentrés au central pour prévenir le Capitaine SKRIPNIK de nos découvertes. Impressionné par la qualité de notre travail et la portée de nos informations, il nous a aidés à constituer une petite armée destinée à offrir aux trafiquants attendus par VARGAS l’accueil qu’ils méritaient. SWAT, COPS, Brigade Nautique, tout le monde allait être sur le pont le soir même. Nous avons sécurisé le périmètre dès le crépuscule (comment veux-tu…) et avons généreusement distribué la photo de VARGAS à tous les snipers, non sans leur avoir rappelé ce faisant que c’était bien là le fameux KNACKER qui nous narguait depuis trop longtemps, doublé d’un tueur de flics émérite. Cette précieuse information appela à chaque fois ce commentaire sibyllin : « OK, je viserais la moustache ». Sûrement le langage codé utilisé par ces professionnels de la gâchette pour signifier qu’ils feraient leur maximum pour ne pas le laisser s’échapper.

Le quartier a commencé à s’animer dès la nuit tombée, pour accueillir le congrès annuel des jardiniers de tous pays. BABAYAGA, Blacks, Blood, Camorra, Chicanos, Colombiens, Cosa Nostra, Crips, DIECIOCHO, GARDES ROUGES, Jamaïquains, Latinos, Mexicains, TONTONS MAKHOUTS, Ramon VARGAS, Rastas, Salvadoriens, Triades, Yakuzas, … tous étaient là. Seuls NINO et ses valeureux collègues, excusés pour cause de décès, manquaient à l’appel. Nous avons patienté jusqu’à l’arrivée du bateau et nous sommes alors joints à la fête. Mais le maniement trop fréquent de la pelle et du râteau doit rendre l’homme de la terre un peu rustre. Ainsi, la simple invective « Police de LA, rendez vous » lui donne une irrépressible envie de dégainer. Vues les forces que nous avions rassemblées et le matériel dont nous disposions, la fertilisation des sols s’annonçait des plus généreuses.

Je vous passe ici les détails de la scène qui suivit, même si elle fut très haute en couleur (le rouge plus particulièrement), en expositions organiques, ainsi qu’en hurlements en tous genres, mais je ne peux m’empêcher de vous rapporter un curieux détail : En plus de ses nombreuses autres qualités, Ramon VARGAS semblait en effet doté d’une étrange faculté, celle d’attirer les balles. Il concentra tellement les premiers coups de feu qu’il nous a semblé pendant un instant voir pleuvoir du VARGAS sur tout LA. On entend dire parfois que l’être humain contient tellement de boyaux, organes et abats qu’il pourrait en entourer la Terre s’il les mettait bouts à bouts. C’est un peut comme si notre colombien préféré avait voulu vérifier cette théorie par lui-même. S’il a perdu un peu de matière au cours de l’homologation improvisée de ce qui aurait pu constituer un nouveau record, on ne peut en revanche ni remettre en cause son évidente volonté de bien faire, ni celle des sniper du SWAT de vouloir faire avancer la science.

Je filmais consciencieusement l’assaut entre deux coups de feu afin de fournir des images de qualité à ma très chère Kim Lee SUNG, ceci afin d’enrichir son prochain reportage sur COPS CHANNEL. Une fois toute menace écartée, nous pouvions laisser éclater notre joie. Nous avions procédé de main de maître à la plus grosse saisie de toute l’histoire de LA, le KNAKER avait été knaké et ses complices présents sur les lieux se consacraient tranquillement à leurs agonies respectives. Où comment classer 2 affaires de la plus haute importance en une seule et même enquête.

Remerciés comme il se doit, nous avions droit à la gratuité de nos soins médicaux, à une semaine de congés, ainsi qu’à la reconnaissance éternelle de nos collègues et de nos concitoyens. Qu’il est bon d’être enfin reconnu à sa juste valeur…




NDLA : Au vu du nombre de décès particulièrement élevé de la plupart des PNJ croisés dans cette enquête et du retrait définitif de la vie médiatique opéré par Ben COLTRAN suite au grand professionnalisme manifesté lors de son émission, la partie « individus remarquables rencontrés lors de l’enquête » sera exceptionnellement vide aujourd’hui. Merci pour votre compréhension.


Dernière édition par roger-le-routier le Mar 30 Déc 2008 - 11:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amandarn

avatar

Messages : 158
Date d'inscription : 08/04/2008
Age : 34

MessageSujet: Re: Mémoires de l'Inspecteur BONTEMPS, acte III (2/2)   Ven 19 Déc 2008 - 13:59

XPDR lol!

après cela on ne t'apellera plus scratch, mais scratch la moule Laughing

quand à l'idole, euh bah vraiment petite alors
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solkhan.free.fr
roger-le-routier

avatar

Messages : 1536
Date d'inscription : 26/05/2008
Age : 42
Localisation : Noailles (19)

MessageSujet: Re: Mémoires de l'Inspecteur BONTEMPS, acte III (2/2)   Lun 22 Déc 2008 - 16:33

Amandarn a écrit:
XPDR lol!

après cela on ne t'apellera plus scratch, mais scratch la moule Laughing

quand à l'idole, euh bah vraiment petite alors

Homme de peu de foi, vous étiez tous ébahis lorsque nous avons trouvés le carnet. C'est en tous cas ce que retiendra la légende Wink Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amandarn

avatar

Messages : 158
Date d'inscription : 08/04/2008
Age : 34

MessageSujet: Re: Mémoires de l'Inspecteur BONTEMPS, acte III (2/2)   Lun 22 Déc 2008 - 21:11

il parait que l'histoire est écrit par les vainqueurs et dans ce cas tu as vaincu donc on va rien dire Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solkhan.free.fr
roger-le-routier

avatar

Messages : 1536
Date d'inscription : 26/05/2008
Age : 42
Localisation : Noailles (19)

MessageSujet: Re: Mémoires de l'Inspecteur BONTEMPS, acte III (2/2)   Mar 23 Déc 2008 - 9:20

voilà, nous sommes sur la même longueur d'onde Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mémoires de l'Inspecteur BONTEMPS, acte III (2/2)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mémoires de l'Inspecteur BONTEMPS, acte III (2/2)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mémoires de l'Inspecteur BONTEMPS, acte I
» Mémoires de l'inspecteur BONTEMPS, acte II (2/2)
» Les mémoires d'un tyran
» L'inspecteur Lucius est toujours directeur de la PJ
» L'inspecteur de permis de conduire était... bourré !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Fantastique Brive :: Jeux de rôles :: Le domaine des MJs :: MJ Koub :: cops-
Sauter vers: